Les entreprises adhérentes aux syndicats de la FIPEC sont en perpétuelle recherche d’innovation pour leurs produits et au niveau des processus de fabrication et de distribution. La chimie du végétal représente notamment un domaine d’avenir pour la filière. Toujours en recherche de la meilleure adéquation technique, nos industries de formulation affinent jour après jour des mélanges chimiques de plus en plus performants, au plus grand bénéfice des utilisateurs.

Des professions qui s’engagent dans des filières d’avenir

Nos adhérents sont impliqués dans de nombreuses filières stratégiques, extrêmement actives pour apporter des réponses techniques et des solutions innovantes à des enjeux majeurs : l’isolation thermique par l’extérieur, la filière anti-corrosion, la filière carrosserie, mais également les produits en contact alimentaire ou encore les produits utilisés par le grand public dans des usages très variés, allant des produits de créativité jusqu’à l’application de vernis ou de peintures décoratives. La diversité des usages et des besoins génèrent au sein des équipes de recherche et développement de nos adhérents une stimulation créatrice qui fait de notre secteur l’un des plus agiles à apporter des solutions durables.

Quel point commun entre la fabrication des couleurs pour artistes des années à venir, la capacité à améliorer la performance énergétique des bâtiments, ou encore la protection de véhicules de transport avec un revêtement spécial ? Des industriels engagés dans une course d’innovation vers des formulations parfois extrêmement spécialisées, avec le plus haut niveau de performance, respectueux d’un cadre réglementaire probablement parmi les plus exigeants au monde.

L’écoconception fait partie des préoccupations principales de la FIPEC dont les adhérents conçoivent des produits respectant les principes du développement durable et de l’environnement. L’objectif poursuivi ? Réduire les impacts négatifs des produits sur l’environnement sur l’ensemble de leur cycle de vie, tout en conservant leurs qualités d’usage. S’inscrire dans une démarche d’écoconception revient donc à prendre en compte les impacts environnementaux dès la conception du produit et à intégrer les aspects environnementaux tout au long de son cycle de vie (de la matière première, à la fin de vie en passant par la fabrication, la logistique, la distribution et l’usage).

La chimie du végétal, un avenir pour les produits de formulation

De plus en plus d’industriels, notamment dans le secteur de la parachimie et représentés par la FIPEC, placent les produits biosourcés au cœur de leur stratégie. Ce mouvement est porté par la valeur environnementale élevée de ces produits, la raréfaction à venir des ressources fossiles et l’instabilité des prix.

Ces perspectives d’innovations éco-respectueuses et stratégiques ont amené la FIPEC à adhérer à l’Association de la Chimie du Végétal en 2012. L’objectif de la Fédération est de jouer un rôle actif dans le développement à fort potentiel des produits d’origine végétale.

Les produits biosourcés dans les mélanges de formulation

Colles

Dans l’industrie des colles, le recours à des produits biosourcés s’effectue par l’utilisation de dérivés de l'amidon : adhésifs pour la fabrication de cartons ondulés et de sacs en papiers ; partie adhésive des papiers peints, étiquettes, rubans adhésifs...

Peintures

Dans l’industrie des peintures, les produits biosourcés sont intégrés dans la formulation des mélanges : émulsions Alkydes végétales, développement de bio solvants, liants végétaux à très faibles émissions dans l’air etc.

Encres

Pour les Imprimés sur papier et carton, de nouvelles générations d’encres durables combinent quant à elles une technologie à base d'eau avec des composants renouvelables : la résine issue de composants organiques des encres est obtenue à partir de la biomasse lignocellulosique, se trouvant en particulier dans les matières pre

L’industrie des peintures a toujours dû répondre à différentes problématiques, que ce soit en matière de performance technique, de santé des utilisateurs, etc. Ce qui a donné l’opportunité aux acteurs du secteur de proposer des nouveaux produits pour tenter de se différencier sur le marché.
François LegayResponsable sécurité industrielle, innovation et normalisation de la FIPEC
Le biosourcé n’existait pratiquement pas il y a encore quelques années. Les avancées technologiques permettent maintenant d’obtenir des produits aboutis dans certains segments. Il faut continuer à développer ces technologies qui constituent une véritable attente des consommateurs, mais également de
Elodie BienstmanPrésidente du GT biosourcé de la commission environnement de la FIPEC

En chiffres

15 à 20 %
part des bioproduits dans le marché mondial de la chimie d’ici à 2025
40 %
part de marché des produits biosourcés (projection 2040 de l’ADEME)
70 à 80 %
de substances biosourcées dans les encres d’emballages des produits